Du 27 avril au 1er mai, s’est tenue la première édition de l’opération « Les French Days ». Inspirée du Black Friday américain, elle a été initiée par six grands sites français de commerce en ligne que sont Fnac Darty, Cdiscount, Showroomprivé, Boulanger, Rue du Commerce et La Redoute. Leur intention est claire. Ils veulent faire de cet événement un rendez-vous annuel incontournable et attendu. Le but est de dynamiser cette période habituellement creuse au niveau de l’animation commerciale. Quelques jours après la fin de cette première édition, l’heure du bilan a donc sonné.

Une première réussie

Au final, ce sont près de 200 enseignes qui ont participé à l’opération. Un bel engouement par rapport au délai très court entre l’annonce des French Days le 19 avril et leur lancement une semaine après.

Du côté des résultats, les six enseignes initiatrices de l’événement évoquent « une hausse d’activité significative » avec 43 millions de visites en cinq jours et une croissance des ventes à deux chiffres sur chacun des sites. Ainsi, Showroomprivé et Rakuten (ex Priceminister) ont enregistré une hausse du nombre de visites allant respectivement jusqu’à 27% et 35% lors des pics d’audience. Ils ont également vu leur chiffre d’affaires grimper respectivement de 42% et 45% sur toute la durée de l’opération comparé à la même période en 2017.

Parmi les produits ayant connu le plus de succès, on retrouve bien sûr les produits de saison (mobilier de jardin, outils de bricolage et de jardinage). L’habillement a aussi connu du succès avec l’arrivée des beaux jours. L’électronique n’est pas en reste avec l’achat de télévisions (à l’approche de la coupe du monde de football, autre temps fort de l’année qui se tiendra dans un mois), mais aussi de smartphones et ordinateurs.

L’opération a également été suivie par une vingtaine de clients d’Adsvisers. Parmi ceux ayant communiqué sur l’événement et proposé des réductions significatives, on constate de très bonnes performances. Sur la durée de l’opération, le trafic enregistre une hausse oscillant entre 21% et 55% comparé à une journée normale. La hausse du chiffre d’affaires généré va quant à elle de +18% à +45%.

Inscrire l’événement dans la durée

Les résultats de cette première édition sont donc très prometteurs. Il y a fort à parier que les French Days prendront autant d’ampleur que le Black Friday dans les prochaines années. Ce dernier est devenu incontournable depuis son importation en France en 2010. Il avait permis au commerce en ligne français d’augmenter son chiffre d’affaires de 69% en 2017 (Fevad).

En parallèle, les French Days s’inscrivent dans un contexte d’étalement des opérations commerciales majeures tout au long de l’année. On constate une perte de vitesse des soldes (baisse du panier moyen de 10,9% en 2017 vs 2016) et un fort développement des ventes privées de juin.
Pour entretenir et développer cette réussite, il est nécessaire que les enseignes participantes jouent le jeu. Elles doivent continuer de proposer des promotions toujours plus attrayantes et avantageuses, au-delà de la communication faite à cette occasion.

Ainsi, l’opération devrait voir son succès grandir et devenir un temps fort inscrit dans les habitudes des consommateurs. L’opération sera très certainement reconduite en 2019 comme l’ont déjà annoncé les six enseignes initiatrices.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter !

Share This